Une étude multicentrique menée dans différents hôpitaux révèle que la méthode utilisée pour le séchage des mains peut influer sur le risque de propagation bactérienne

//Une étude multicentrique menée dans différents hôpitaux révèle que la méthode utilisée pour le séchage des mains peut influer sur le risque de propagation bactérienne

Une étude multicentrique menée dans différents hôpitaux révèle que la méthode utilisée pour le séchage des mains peut influer sur le risque de propagation bactérienne

Les conclusions de cette étude ont un impact déterminant au niveau de la minimisation du risque d’infection croisée dans les sanitaires hospitaliers

Une nouvelle étude multicentrique dans le monde réel a mis en évidence que les sanitaires sont associés à une contamination bactérienne significativement moindre lorsqu’ils sont équipés d’essuie-mains en papier, par rapport à des sèche-mains à air pulsé.

L’étude, dirigée par le Professeur Mark Wilcox de l’Université et du Centre hospitalier universitaire de Leeds, a été menée en France, en Italie et au Royaume-Uni. Son objectif : examiner l’étendue de la contamination environnementale par des pathogènes bactériens potentiels dans des sanitaires hospitaliers, en fonction des méthodes de séchage des mains utilisées. Des bactéries antibiorésistantes – dont des SARM et des entérocoques résistants aux bêta-lactamases à spectre élargi – ont ainsi été détectées en plus grandes concentrations dans les sanitaires dotés de sèche-mains à air pulsé.

Lisez les détails et trouvez le lien vers l’étude à cette page: ÉTUDE MULTISITE HOSPITAL

Cette page est également disponible en: Anglais Allemand Italien Polonais Espagnol

2018-09-11T08:23:58+00:00

About the Author:

Leave A Comment